Pauline Ruberry-Blanc

Savage Madness Meets with Comic Folly: The Cases of Orlando and Philaster

[Résumé]

Selon les moralistes de l’époque pré-moderne, l’humour n’a pas vraiment sa place dans la société « civilisée ». En effet, dans le théâtre anglais, même si les bouffons ont le droit de partager la scène quelque temps avec les rois, ils se trouvent en fin de compte écartés, comme c’est le cas de Falstaff rejeté par le prince Hal (Henri IV, deuxième partie). Cet article illustre le principe contraire, à savoir que des impulsions incultes ou sauvages pourraient être détournées et canalisées par un contact avec le comique. Une illustration en est fournie dans As You Like It (Comme il vous plaira) par Orlando, qui interrompt violemment le banquet forestier en exigeant qu’on lui donne à manger. Jaques le remet à sa place avec une réplique drôle mais fortement méprisante. Dans Philaster, la tragicomédie de Beaumont et Fletcher, le rustique qui incarne la figure traditionnelle du Clown prend le dessus sur le bon prince, pris par un accès de folie violent. Ainsi le ridicule qu’attire habituellement le roturier est redirigé vers son supérieur. Il en résulte, dans les deux cas cités, que le stéréotype négatif de l’incivilité est transformé paradoxalement en force civilisatrice.

 

 

[Download article]

http://umr6576.cesr.univ-tours.fr/publications/Theta9/fichiers/pdf/Ruberry-Blanc.pdf