Howard B. Norland

Shakespeare’s Richard III as a Choric Subversive pp. 243-258

[Résumé]

Tirée de l’Histoire de Richard III de More telle que transmise par le chroniqueurs Hall et Holinshed, la représentation par Shakespeare de Richard, duc de Gloucester, met l’accent sur l’aliénation consciente de Richard de son héritage royal ainsi que des valeurs morales de sa société. En révélant son ambition pour la couronne dans Henry VI, Part 3, Richard s’identifie avec le “machiavel meurtrier [murtherous Machevil]”, incarnation populaire de la duplicité et du mal satanique. Selon la tradition de Barabas de Marlowe dans The Jew of Malta, pièce contemporaine, Richard élabore son rôle dans The Tragedy of Richard III en justifiant son dessein criminel sur la base de son statut de victime de préjugé social encouru de par sa difformité physique. Tout en symbolisant sa nature tordue et en étant à l’origine de son aliénation, sa bosse et son bras rétrécis suscitent à la fois de la sympathie et de la peur. La gratification exprimée dans des apartés et des soliloques sur sa séduction réussite d’une veuve en deuil et sa manipulation d’un frère qui lui fait confiance met en valeur son pouvoir, tout en alimentant son moi. Son commentaire subversif offre un moyen de comprendre son caractère tout en guidant notre interprétation de la tragédie. Le rôle de Richard, bien qu’il rappelle le Vice des pièces morales, est compliqué par introduction dans la cour de Richard, au contraire de l’histoire, de la reine Margaret ; encore un personnage aliéné du dehors, Margaret fournit un contrepoint à la perspective de Richard, alors qu’elle prophétie sa fin.

[Download article]

http://umr6576.cesr.univ-tours.fr/publications/theta7/fichiers/pdf/norland.pdf